Enneigement du Mont-Orford - Notes complémentaires

mercredi 19 janvier 2011 par Hubert Simard

Récemment Mont-Orford, la saga posait des questions dans un article sur les perspectives d’enneigement artificiel de la station de ski du Mont-Orford.

On se questionnait sur l’évaluation de la capacité de prélèvement d’eau pour les besoins de la station de ski à la suite de modifications au barrage de l’étang aux Cerises.

Le chiffre de 1 800 gallons/minute est apparu dans les addenda à l’appel d’offre du gouvernement en 2010. Auparavant, en 2005, au cours d’audiences du BAPE, on apprenait que le soutirage maximum n’aurait pas dû dépasser 278,4 gallons/minute et que le prélèvement de la station dépassait de 2,7 fois cette limite. La demande de la station de ski (2005), incluant une augmentation de 20% aurait été de l’ordre de 892,8 gallons par minute.

Étang aux CerisesAu cours des dernières années, avec les lois 23 et 90 des directives ont été émises pour assurer le maintien des écosystèmes locaux. Plus particulièrement, la loi 90 adoptée en mai 2010 prévoyait que les conditions de vente devaient intégrer le volume d’eau pouvant être prélevé dans l’étang aux Cerises pour l’enneigement et dans la rivière aux Cerises pour l’irrigation du terrain de golf.

Un plan de gestion environnementale est maintenant exigé de l’exploitant de la station touristique. Une nouvelle règle est établie : les prélèvements ne doivent pas faire baisser le niveau de l’eau de l’étang aux Cerises au dessous du niveau du 1er novembre. Cette mesure vise, plus précisément, la survie des batraciens et des reptiles enfouis dans la vase sous ce niveau au cours de l’hiver. Le niveau de l’eau est mesuré et enregistré annuellement par le Centre d ’expertise hydrique du Québec du MDDEP.

Au cours d’un conversation par téléphone, M. Serge Alain, directeur du service des parcs du MDDEP, a apporté les précisions suivantes.

Il a été évalué que les précipitations et l’apport naturel en eau de l’étang aux Cerises permettraient d’accumuler un surplus de volume d’eau de l’ordre de 300 000 m3 à partir du 1er novembre avec les améliorations apportées au barrage. La probabilité que ce scénario se réalise au fil des ans serait de 90%. En tout temps, un tuyau au bas du barrage, laisse passer le volume d’eau nécessaire pour l’alimentation du ruisseau aux Cerises.

Le chiffre avancé de 1 800 gallons/minute équivaut à un volume de 8 m3/minute. Cette réserve permet un enneigement continu au rythme de 1 800 gallons/minute pendant 26 jours. Ces chiffres ne tiennent pas compte du volume d’eau qui s’ajoute au bassin après que l’enneigement ait débuté.

Le rehaussement du barrage crée une réserve qui donne une marge de manoeuvre substantielle pour l’avenir de la station de ski. Le remplacement de la conduite d’eau vers la station de ski éliminera les périodes où les bris nuisent aux travaux d’enneigement. Des investissements dans des technologies plus performantes augmenteront également cette marge de manoeuvre.

Si les directives sont bien suivies et si ces prévisions sont justes, la question de l’approvisionnement en eau pour l’enneigement ne sera pas un enjeu avant plusieurs années. Selon le directeur du service des parcs du MDDEP, aucune étude n’a été réalisée pour identifier un approvisionnement en eau supplémentaire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 619 / 73696

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License