La « contribution du milieu »

Unne condition pour la relance de la station de ski ?
mercredi 20 janvier 2010 par Hubert Simard

Mise à jour du 11 mars 2010 : Lancement du projet de fonds de relance

La semaine 41 a porté essentiellement sur le lancement du projet de fonds de relancé travaillé par les élus en relation avec la communauté d’affaires.

Depuis les élections municipales de novembre 2009, les intervenants étaient excessivement discrets sur cette question. Personne n’exprimait avec confiance la capacité d’arriver à une solution consensuelle. La mairesse de Magog, Vicki May Hamm faisait appel à la mobilisation des milieux d’affaires.

_ On refusait l’idée que la ministre Beauchamp attende les propositions de la région pour les arrimer à l’appel d’offres et on la pressait d’aller de l’avant. Malgré tout, le lancement de l’appel d’offres a été retardé et la région a transmis ses propositions à la ministre. Selon des sources informées, l’appel d’offres serait rendu public à la fin mars.

Mise à jour du 20 janvier 2010

Les conseils de la Ville de Magog et de la MRC Memphrémagog se sont remis au travail. Après plusieurs articles des médias de la région au cours de la semaine 49 et des questions aux conseils au cours de la semaine 48, on ne peut plus parler de Fonds d’investissement régional. La réponse de la MRC à une contribution des municipalités est un NON très clair. Par contre, il est aussi très clair que la MRC, le CLD et les milieux d’affaires sont mobilisés sur la recherche d’une « contribution du milieu », l’expression utilisée par la mairesse Vicki May Hamm. Contrairement aux informations à cet effet, la ministre Beauchamp n’attend pas après la contribution de la région pour lancer l’appel d’offres et la région ne cherche pas à s’arrimer à l’appel d’offres. C’est à suivre...

La MRC Memphrémagog et les administrations municipales doivent-elles contribuer à la relance de la station de ski du Mont-Orford ? Près de la moitié des stations de ski du Québec sont des organismes à but non lucratif soutenus à des degrés divers par les administrations locales au même titre que d’autres équipements sportifs tels que les arénas, les gymnases, les terrains de football, baseball, soccer, tennis...

Le consensus est loin d’être réalisé. La MRC est officiellement contre la participation financière des municipalités. Le gouvernement cherche une solution à laquelle participerait la région avant de mettre les installations de la station de ski en vente. Sans cette contribution, il est vraisemblable que les installations seront démantelées et que le domaine skiable retournera définitivement dans le parc.

La perception de la situation au 4 janvier 2010

On croyait que la balle était dans le camp de la ministre Beauchamp et que la priorité serait donnée au lancement de l’appel d’offres. Il manque un des termes de l’équation avant de mettre le centre de ski sur le marché : la participation financière de la région.

La ministre a passé le message à plusieurs reprises. Elle a même financé le plan de relance produit par la MRC de Memphrémagog pour inciter la MRC à prendre des initiatives comme le font d’autres régions. Peine perdue, la région a refusé de s’engager financièrement. Avant les élections de novembre 2009, le maire Poulin et le préfet de la MRC, Roger Nicolet, avaient pris clairement position contre le financement régional. Ces deux élus ont été remplacés par Vicki May Hamm à la mairie de Magog et par Gérard Marinovich, maire d’Eastman et nouveau préfet.

Au cours de l’été 2009, Me Munn a été mandaté pour rencontrer différents intervenants avec l’objectif de motiver une solution concertée.

PDF - 65.1 ko
Communiqué MRC 2009-12-10

Plus d’un mois après les élections municipales, la ministre a rencontré les élus Marinovich, Hamm et Bastien. La position gouvernementale n’a pas changé : la vente des installations de ski alpin et de golf est confirmée et le mandat de gestion des installations par la SÉPAQ ne sera pas prolongé. Autrement, les grandes lignes du rapport de la MRC, rejet du scénario de développement immobilier sur les terres publiques et réintégration des terres après la relance du centre de ski, sont maintenues.

Le communiqué de la MRC, qui fait suite à la rencontre avec la ministre, cache des détails stratégiques : « Cette volonté de procéder à la vente des installations appelle de revoir certains aspects du rapport déposé en janvier dernier. »

Maintenant, on apprend que le dépôt de l’appel d’offres est retardé jusqu’à la fin février et que la ministre attend une réponse de la MRC pour le début de février.

Les responsables du montage de l’appel d’offres cherchent à composer une proposition qui facilitera la relance du centre de ski et qui répondra aux attentes de la population de la région tout en évitant de favoriser la région aux dépens des autres centres de ski. Les installations ne peuvent être vendues en dessous du prix du marché. Par contre, la région peut aider un investisseur qui veut s’engager dans un plan de relance.

Manifestement, la démonstration de la volonté de la région de s’impliquer dans le financement doit être démontrée avant le lancement de l’appel d’offres. Aucun investisseur ne voudra prendre des décisions d’investissement sur la base de vagues promesses.

Marc Bellemare se fait l’écho de ces préoccupations.



Entrevue avec Marc Bellemare, Conseiller régional FTQ, lundi 4 janvier 2009

Pierre Bastien était présent à la rencontre du 10 décembre avec la ministre. Il confirme que la ministre a relancé une nouvelle fois la question de la participation financière de la MRC sans, pour autant, en faire un enjeu préalable au dépôt de l’appel d’offres. Il a été entendu que le directeur de la MRC, Guy Jauron, devait discuter de cette question avec la sous-ministre du MDDEP responsable du dossier. Contacté, Guy Jauron n’a pas voulu confirmer les informations de Marc Bellemare, laissant cette responsabilité aux élus responsables du dossier. De leur côté, les élus n’ont pas encore été mis au courant de l’évolution de ce dossier. Une réunion administrative est prévue au cours de la semaine du 11 janvier et la réunion publique du Conseil de la MRC aura lieu le mercredi 20 janvier.

Dans une entrevue réalisée le 11 novembre, après son élection à la mairie de la municipalité du Canton d’Orford, Pierre Bastien répond à la question du financement du centre de ski par les municipalités. Il soulève des questions de principes fondamentales pour les élus locaux.



Entrevue avec Pierre Bastien, Maire du Canton d’Orford, 2009-11-11

Il reste bien peu de temps pour développer un consensus sur ce sujet et les délais pour le dépôt de l’appel d’offres risquent de compromettre la relance du centre de ski pour la saison 2010-2011.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 680 / 74010

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License