Jour 37/90 du dernier recours

Mont-Orford, les intéressés se positionnent

mardi 28 décembre 2010 par Hubert Simard

Le journaliste Jean-François Gagnon a sondé les gens d’affaires intéressés par l’exploitation de la station touristique du Mont-Orford. [1]

Ils ont en commun d’attendre les conditions de l’appel d’offres que la MRC a l’intention de lancer à la mi-janvier.

  • Robert Sudermann Il a été le seul soumissionnaire de l’appel d’offres du gouvernement. Il n’a pu rassembler les fonds nécessaires pour répondre à l’obligation d’une garantie de 4 millions $ et, en conséquence, son offre a été rejetée.
  • SODEM, Vincent Renaud Depuis 2007, la station touristique est gérée par GESTION SOROMA, une filiale de SODEM. La SÉPAQ a confié ce mandat de gestion pour des frais de 360 000 $/an. Brigitte Marchand, ex-directrice de la station Ski Montjoye a assumé la direction du Mont-Orford à l’emploi de GESTION SOROMA. Récemment, elle a été embauchée par la SÉPAQ pour prendre la direction du parc national du Mont-Oford.
  • Coopérative de solidarité du Mont-Orford, Bertrand Larivée La coopérative étudie le dossier et prendra la décision sur sa participation à l’appel d’offres lorsque toutes les informations seront connues.
  • RCR, Resorts of the Canadian Rockies Propriétaire de la station de ski du Mont Ste-Anne à Québec, l’entreprise aurait un certain intérêt pour le Mont-Orford, selon Gagnon.

Vincent Renaud donne un aperçu de ses attentes à l’égard du modèle d’affaires que devra adopter la MRC de Memphrémagog.

Contrairement aux maires de la région, qui gardent un mauvais souvenir de l’échec de la Régie intermunicipale du Centre récréotouristique Montjoye, Renaud souligne l’intérêt du partage de responsabilités entre le secteur privé et le secteur public. À l’époque où la SODEM gérait Ski Montjoye, les municipalités assumaient la charge de la dette, des assurances et de l’entretien des installations. SODEM chercherait, par ailleurs, à créer une alliance avec des partenaires.

On ne précise pas, dans ce modèle, quelle est la part de prise de risques assumée par le secteur privé. S’agit-il d’un simple contrat forfaitaire de gestion comme celui qui a été accordé à GESTION SOROMA ? Le déficit d’exploitation et, éventuellement les profits sont-ils attribués à l’exploitant ? La MRC, responsable des installations, aurait-elle une part des revenus de la vente de billets comme ça se fait ailleurs ?

SODEM est une entreprise intégrée au principal réseau d’entreprises de planification de développement dans le secteur récréotouristique à l’échelle du Québec et du Canada (voir l’article sur GESTION SOROMA). Ces acteurs ont été présents dans plusieurs dossiers de la région par le passé, notamment dans la planification de développement immobilier à l’intérieur du parc. Ils ont les ressources pour planifier une vision de développement qui intègre le potentiel immobilier dans l’environnement du Mont-Orford. Ils entretiennent des relations avec Vertendre.

[1Station du Mont-Orford, Les mêmes joueurs démontrent de l’intérêt, Jean-François Gagnon, La Tribune, 2010-12-27, p 5.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 710 / 73632

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License