Le compte à rebours se poursuit

Semaine 24, 2010-07-05

jeudi 8 juillet 2010 par Hubert Simard

Le jeudi 8 juillet 2010

La veille de l’échéance de l’appel d’offres, des promoteurs lancent un coup de sonde par l’intermédiaire du cahier Affaires du journal La Presse. L’article est repris intégralement dans La Tribune. Francis Vailles signe l’article intitulé « Mont-Orford - Projet touristique de 25 millions - Exit les condos, bonjour l’art technologique ».

Essentiellement, il s’agirait d’un centre d’arts technologiques nommé Osmose Orford. Le promoteur Marc Girard le présente de la manière suivante : « Au lieu de faire un projet de condos, nous voulons faire un centre qui intégrerait le sport, la création, les spectacles et la recherche en arts technologiques ».

La famille Girard soutient ce projet. Le père, Omer Girard a été à l’origine de la câblodistribution en Estrie et le frère, Paul Girard, a été directeur de l’exploitation au Mont-Orford.

Le promoteur envisage un dôme dédié au contenu immersif popularisé par le film Avatar. Le projet s’inspire du Banff Center.

Il ne déposera qu’une lettre d’intention, demain, en réponse à l’appel d’offres. Il cherche à impliquer différents ministères sans demander de subventions.

Franco Nuovo a réalisé une entrevue avec Marc Girard à l’émission C’est bien meilleur le matin de Radio-Canada.

Audio - Entrevue de Franco Nuovo avec Marc Girard, promoteur de Osmose Orford 2010-07-09

Fait intéressant à la suite d’un twitter de Guy Madore. La Presse Affaires et La Tribune publient le même article sur Cyberpresse. L’article est publié au complet du côté de La Presse mais pas sur la page de La Tribune. La Tribune ne publie pas ses articles au complet sur Cyberpresse. C’est pour cette raison que je ne mets pas d’hyperlien sur La Tribune en ligne. NDLR.

Développement immobilier à Bromont

Un article de la Voix de l’Est d’Isabel Authier, également repris dans La Tribune, fait état de la volonté de Charles Désourdy, président de Ski Bromont, de lancer des projets de développement immobilier. Les prévisions de construction sont de l’ordre de 1 000 à 2 000 unités résidentielles au cours des prochains 30 ans. Il s’agirait de résidences secondaires, dont des condos de type ski in / ski out ainsi que de résidences principales vendues à des prix variant entre 175 000 $ et 500 000 $. Le propriétaire de Ski Bromont fait référence au modèle d’Intrawest tout en se disant adepte du développement durable dans le respect de l’environnement et des paysages.

Le promoteur souhaite la réalisation de la liaison ferroviaire avec Montréal. Il envisage aussi la construction d’une gondole, d’un hôtel et d’autres infrastructures en plus des installations de ski, de glissades d’eau et de vélo de montagne qui sont déjà en place.

Le vendredi 9 juillet 2010 Le verdict de l’appel d’offres

Tout le monde se pose la question. Est-ce qu’une soumission répondant au cadre de l’appel d’offres sera déposée avant 15 h ?

Jean-François Gagnon de La Tribune travaille le dossier du Mont-Orford depuis des années. Son article met en évidence une citation de Charles Désourdy, le propriétaire de Ski Bromont, qui ne soumissionnera pas. « Les gens espèrent un coup de baguette magique, j’ai l’impression ». Il souligne la performance décevante de la démarche régionale pour créer un fonds de relance de 5 M $.

Deux entrepreneurs semblent être encore actifs. Le tandem Le Vertendre et Gestion Soroma. Dans ce cas on semble plutôt entretenir un projet de dernier recours avec la mise sur pied d’un OSBL. S’il n’y a aucun soumissionnaire, la région pourra négocier directement avec le gouvernement au profit d’un tiers qui pourrait être la Coopérative de solidarité du Mont-Orford ou un OSBL regroupant des partenaires des milieux d’affaires. Dans cette éventualité, l’exigence gouvernementale d’une garantie de 4 M $ pourrait être levée.

Le groupe RCR (Resorts of the Canadian Rockies), propriétaire des stations de ski Stoneham et Mont Sainte-Anne au Québec et de stations de ski dans l’Ouest ne laisse filtrer aucune information. On sait, toutefois, qu’il continue de s’intéresser au dossier en posant des questions qui ont justifié la publication d’un 12e Addenda en date du 5 juillet aux documents de l’appel d’offres. C’est par cette procédure que l’information est partagée entre les éventuels soumissionnaires.

Un seul soumissionnaire : Fortune Resort

Radio-Canada est le premier à annoncer les résultats à l’ouverture des soumissions. Aucun observateur averti n’anticipait cette soumission de Fortune Resort, propriété des frères Robert et Peter Sudermann. Leur siège social est situé à Chelsea au Québec (Outaouais).

TVA Estrie livre également deux reportages sur cette question. Le premier porte sur le soumissionnaire et le second sur les réactions à la nouvelle.

Le samedi 10 juillet 2010

L’ouverture de l’appel d’offres sur les installations de la station touristique du Mont-Orford fait la Une de La Tribune. Luc Larochelle analyse la situation dans sa chronique en page 2, Jean-François Gagnon expose les faits en page 3 et Denis Dufresne livre l’éditorial en page 16.

Personne n’avait envisagé ce dénouement. Un joueur de calibre moyen de l’industrie du ski, qui exploite des installations dans l’Outaouais et dans l’Ouest est prêt à prendre un risque que tous les autres joueurs d’expérience ont rejeté. Leurs deux principales stations de ski en Outaouais, Camp Fortune et Mont Sainte-Marie accueillaient 300 000 skieurs en 2006, ce qui se compare favorablement à la moyenne annuelle de 200 000 skieurs au Mont-Orford (172 000 en 2009-2010). Ils ont également une participation dans la station de ski Norquay à Banff.

Ils étaient 32 à s’être inscrits au processus d’appel d’offres. Luc Larochelle cherche des informations sur les Sudermann. Ils sont très discrets et ne retournent pas ses appels. Ils se spécialisent dans le domaine du loisir depuis les années 90. Observation intéressante de Larochelle, ils ne sont pas réfractaires à l’idée de travailler dans un environnement de parc. Leur Camp Fortune est localisé dans le parc de la Gatineau et la station de ski Norquay dans le parc national de Banff qui est également un site du patrimoine mondial de l’Unesco.

La mairesse de Magog et présidente du CLD de Memphrémagog,Vicki May Hamm, s’attendait à ce qu’il n’y ait pas de soumissionnaire. Tous les intervenants, à commencer par Pierre Bastien, maire du Canton d’Orford se réjouissent de cette proposition. Serge Couture ex-propriétaire de Ski Montjoye et ex-président de l’Association des stations de ski du Québec souligne la bonne réputation des frères Sudermann.

Une fois la surprise passée, le travail d’analyse commence.

  • On ne saura pas avant septembre si la soumission est retenue. Un comité en fera l’analyse et déterminera si la proposition est conforme à l’appel d’offres. Il fera des recommandations à la ministre qui pourra accepter ou refuser la proposition.
  • Si la proposition est rejetée en septembre, la région aura 4 mois pour prendre la relève, ce qui pourrait compromettre la saison de ski.
  • La région est consciente du fait que le Fonds de relance n’est pas à la hauteur des attentes et que ce sera un enjeu pour la suite des choses.
  • Des questions avec des impacts potentiellement très coûteux n’ont pas été éclaircies au cours du processus d’appel d’offres. C’est le cas des exigences de la Régie du bâtiment pour la mise aux normes du chalet.

L’éditorialiste de La Tribune, Denis Dufresne, résume dans son éditorial « Enfin, un peu d’espoir » un sentiment largement partagé d’espoir malgré le manque d’enthousiasme et le scepticisme.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 789 / 74706

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Compte à rebours hebdomadaire 2010   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License