Le compte à rebours se poursuit

Semaine 28, 2010-06-07

mardi 8 juin 2010 par Hubert Simard

Lundi 7 juin 2010

Le conseil municipal de la Ville de Magog se prononce sur sa participation au fonds de relance de la station touristique. On suit le même modèle que la municipalité du Canton d’Orford. Magog paiera 0,50 $/ par nuitée d’hébergement à Magog pour un total de 38 000 $/année pour les 5 prochaines années. On s’attend, également, à ce que la municipalité d’Eastman participe à ce volet du fonds de relance.

À la question de l’éventualité d’un plan B, la mairesse Vicky May Hamm confirme l’existence d’un tel plan sans en donner les grandes lignes. Elle réaffirme sa confiance et sa préférence pour un un résultat positif à l’appel d’offres pour la vente des installations. Il faudra attendre au 9 juillet pour en savoir plus long.

Mardi 8 juin

Un signal d’ouverture à la négociation de la part du syndicat

La masse salariale de la station touristique est un des principaux enjeux dans la rationalisation financière de l’exploitation de la station touristique. Le rapport du Comité de parrainage de la relance de la station touristique du Mont-Orford, auquel participait Marc Bellemare, le représentant syndical de la FTQ, envoyait des messages contradictoires.

« Les coûts de la main-d’oeuvre à la station sont supérieurs à la moyenne des stations comparables et sont difficilement compressibles. » p. 11

« Une importante rationalisation de la gestion des coûts de main-d’oeuvre devra être envisagée. p.30 » [1]

Le gouvernement avait dû mettre fin au contrat d’exploitation de la station de ski avec André L’Espérance à la suite d’un lock-out dans un un contexte de conflit de travail. La situation idéale pour les travailleurs de la station touristique aurait été de se retrouver dans un cadre de convention collective avec le gouvernement du Québec. Le gouvernement a toujours refusé de s’engager dans cette direction. Les employés n’ont pas été attirés par la solution de la Coopérative de solidarité et ses perspectives de salaires de l’économie sociale.

La perception de rigidité syndicale est un aspect négatif pour d’éventuels soumissionnaires et Marc Bellemare sent le besoin d’exprimer une ouverture à la négociation dans une entrevue avec Jean-François Gagnon dans le journal La Tribune.

Marc Bellemare est ouvert à une réorganisation complète du travail qui conduirait à une diminution du nombre de travailleurs. La diminution des salaires n’est pas une option, avec des salaires horaires à des niveaux aussi bas que 11 $ et 14 $. Bertrand Larivée, président de la Coopérative de solidarité du Mont-Orford, dont l’organisation a procédé à une analyse détaillée des états financiers, confirme que la réduction du niveau des salaires n’est pas la solution aux problèmes financiers de la station touristique. Marc Bellemare questionne le nombre de cadres alors que Brigitte Marchand, directrice générale de la station Mont-Orford, le juge raisonnable. Il veut une solution négociée.

Appel à l’aide financière de Québec

Un autre article de Jean-François Gagnon fait état de la pression du CLD de la MRC de Memphrémagog pour une participation financière du gouvernement. Le projet de fonds de relance en 5 volets du CLD prévoit une participation de 40 % du gouvernement du Québec.

Un bras de fer se joue avec le gouvernement qui a annoncé depuis des années sa volonté de se dégager du financement de la station touristique. Dans un point de presse, dernièrement, le député d’Orford, Pierre Reid, exposait l’ampleur des montants consentis dans le passé.

[1Rapport sur la mise en oeuvre d’une solution constructive et durable au regard de la gestion des terres publiques, du centre de ski et du golf du Mont-Orford. Présenté par la MRC de Memphrémagog, 21 janvier 2009.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 467 / 74691

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Compte à rebours hebdomadaire 2010   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License